AccueilالبوابةFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 l'espace vert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hafsa hafosa
Adjointe du Directeur
Adjointe du Directeur
avatar

Sexe : Féminin
Age : 19
Parcicipations : 90
Date d'inscription : 05/02/2013
Horoscope : Poissons
Points : 35166

MessageSujet: l'espace vert   Mar Mar 19, 2013 4:17 pm




Razz
Le gazon et les arbres urbains sont les deux élément dominants de la plupart des espaces verts, décliné de nombreuses manières. Le gazon est facteur d'appauvrissement en biodiversité quand il est artificiel et monospécifique. Une gestion différentiée permet une transition vers un faciès de prairie, éventuellement fleurie


:D
Petit espace vert à Comberton dans le Cambridgeshire (royaume-Uni). La municipalité a installé un banc pour jouir de la vue de la mare



santa
Le jardin « historique » de New Haven Green a été créé en 1638 et depuis parfaitement préservé comme cœur de la première ville dont l'urbanisme a été planifié aux Etats-Unis



sunny
Vue du plus grand espace vert du village de Zuidlaren (Pays-Bas)



jocolor
Espace vert de Dwingeloo (Pays-Bas)



Laughing
Espace vert d'un village du Northamptonshire



clown
Aménagement (platelage bois) limitant le piétinement, conséquence courante de la surfréquentation

Un espace vert désigne, en urbanisme, tout espace d'agrément
végétalisé (engazonné, arboré, éventuellement planté de fleurs et
d'arbres et buissons d'ornement, et souvent garni de pièces d'eau et
cheminements). L'expression est généralement plutôt employée aux espaces
publics ou semi-publics. Le mot sous-entend une situation en milieu
urbain ou péri-urbain, en tout cas en milieu construit.

Définition
Dans les années soixante, alors que la démographie et l'urbanisation
sont en plein expansion dans le monde, les urbanistes désignent les
jardins et espaces de détentes publics végétalisés par le terme : espace vert, étant donnée que ces sites sont représentés par la couleur verte sur les plans d'architectes et d'urbanisme.

Les espaces verts, peuvent être définit de deux manières :

  • Les espaces verts peuvent désigner l'ensemble des espaces utilisées parcs urbains, jardins publics, squares,
    d'une certaine dimension, accessible à pied et à vélo mais non aux
    engins motorisés, et ne présentant pas de dangers pour les usagers,
    enfants en particulier.


  • Les espaces verts peuvent également désigner l'ensemble des espaces végétalisés et aquatiques d'une zone construite.
État des lieux, perceptions, attentes
En Europe
Une étude1 a porté sur les espaces verts urbains de 386 villes de plus de plus de 100 000 habitants dans 31 pays européens (soit 170,6 millions de personnes concernées, composant 34 % de la population européenne en
2001).

  • Le pourcentage d'espaces verts variait de 1,9 % du territoire urbain (Reggio Calabria, Italie), à 46 % (Ferrol,
    Espagne), sur la base des définitions retenues par les auteurs
    (différents modes de calculs sont possibles). Les villes du nord de
    l'Europe ont en moyenne une plus grande proportion d'espaces verts par
    rapport aux villes dans le sud.
  • 45 millions de personnes vivant dans les villes européennes ont
    encore un accès très limité aux espaces verts urbains, notamment dans
    les villes qui ne comptent que de 2 à 13 % d'espace vert.
  • Le nombre de mètres carrés d'espaces verts par personne tend à
    diminuer avec l'augmentation la densité de population (plutôt que que
    parce qu'on a construit sur les espaces verts existants). La répartition
    et la position géographique des espaces verts (intra- ou péri-urbains)
    les rendent plus ou moins accessibles pour le public.
  • La quantité d'espace vert par personne (« per capita ») varie
    fortement selon les pays, les villes et les formes urbaines : Sauf
    quelques exceptions, les villes denses du sud-est de l'Europe ont très
    peu d'espaces verts avec par exemple : 3 à 4 mètres carrés par personne à Cadix, Almería, Fuenlabrada
    (Espagne) et dans la région de calabre (Italie) alors que les urbains
    du nord-ouest européen en disposent, par personne, jusqu'à 100 fois plus
    avec par exemple plus de 300 m2 par personne à Liège (Belgique), Oulu (Finlande) ou Valenciennes (France, pays dans lequel un ne vingtaine de grandes villes françaises sont néanmoins mal placées dans le palmares euroépen)).
  • À la fin du XXe siècle, dans
    67 villes densément peuplées du Royaume-Uni étudiées, l'augmentation de
    la population n'a pas été compensée par une augmentation équivalente en
    espaces verts, alors que sur le continent les villes européennes tndent à
    ne pas diminuer ce ratio en créant des réserves foncières (ceintures verte.. ou friches réhabilitées).
  • La Commission européenne invite les États-membres et les villes européennes à planifier une meilleure offre en accès à des espaces verts2. De son côté l'OMS a aussi encourager les villes à réintroduire un peu d'agriculture urbaine, qui pourrait localement s'intégrer dans certains espaces verts.
En France
Selon l'UNEP (entreprises du paysage), en 2009, ce secteur économique
représente en France 80 000 actifs ; 20 000 entreprises « du paysage »
pour un chiffre d'affaires de 5 milliards d’€ (dont 750 millions d’€ en Île-de-France)3.

Un sondage fait en 2008 UNEP/IPSOS donne 7 français sur 10 basant
leur choix de lieu de vie en fonction de la présence d'espaces verts à
proximité de leur habitation4.
En 2010, plus de 90 % des sondés disent que le contact avec les
plantes, les végétaux et les jardins est important voire essentiel dans
leur vie quotidienne5.
20 % des Français regrette de ne pas avoir plus de liens avec la nature
et les jardins, notamment dans les centres-villes et les centres
commerciaux (cités par 86 % des sondés) puis sur lle lieu de travail
(65 %), les espaces de loisirs (63 %) et les lieux d'habitation (50 %)5.
S'ils étaient élus local, 42 % d'entre eux choisirait comme priorité
d'aménager des parcs et jardins et d'améliorer les espaces verts
existants. 31 % proposeraient même des projets de rénovation urbaine
entièrement guidés par le végétal (31 %)5.

Évolution
La création ou l’amélioration d'espace vert se fait de plus en plus dans une perspective de développement soutenable6,7, et donc souvent au service de populations et lieux qui en manquent, pour des raisons sociales, sanitaires et écologiques (trame verte et bleue urbaine et réseau écologique8
et d'agrément, et peut être décidée autant par les pouvoirs publics
(mairie ou communauté de communes le plus souvent) ou par un promoteur
immobilier a des fins écologiques et promotionnelles, ou compensatoires
obligatoires, ce qui se fait de plus en plus. L'intégration de la
biodiversité dans les espaces verts nécessite une formation initiale et
continue des concepteurs d'espaces verts, mais aussi des équipes qui
vont devoir les entretenir ou les surveiller ou les animer9.

La double vocation sociale et écologique des espaces verts tend à se développer en recherchant plus de naturalité avec la gestion écologique et donc différenciée, la conservation de bois mort et d'arbres sénescents, la création de cheminements et de plans d'eau moins artificiels, l'abandon des pesticides, l'usage d'essences et d'espèces plus locales et moins horticoles,
et une plus grande tolérance à l'égard de la flore sauvage et
spontanée, etc. Sans négliger les parcs historiques des centres des
grandes ville, il apparait nécessaire de considérer les friches, la
nature banale et les zones vertes de périphérie où les enjeux pour la
biodiversité sont également importants10.

Certains espaces verts contiennent des arboretums et/ou cherchent à développer une vocation pédagogique, avec par exemple des chronoxyles ou des fermes pédagogiques.

Ils peuvent jouer d'autres rôles, tampon notamment, pour limiter la
périurbanisation ou par comme bassin écrêteur de crue (comme à Douai en
zone d'affaissement minier, ou dans le nouveau parc de Saint-Vicens de Perpignan 11) ou avec d'autres jardins de pluie. Une attention particulière peut être portée aux zones périurbaines (ex : projet Interreg IVC intitulé « Periurban parks12 »).

Espaces verts et santé
L'importance de la proximité de la nature pour la santé et les services écosystémiques rendus fait aussi l'objet d'études quantitatives et qualitatives13. En France, la Fédération française du paysage et l'Union nationale des entrepreneurs du paysage14
concluaient en 2011 que 5 milliards d'euros de dépenses de santé
pourraient être économisés chaque année en France si chacun avait chez
lui une vue sur un espace vert. En effet selon le " National Ecosystem
Assessment"15(étude
commandée par le gouvernement anglais, faite de 2009 à 2011 et publiée
en juin 2011), 340 euros par personne et par an est la valeur estimée
pour la santé, d'avoir un logement avec vue sur un jardin ou un parc.

Beaucoup de gens cherchent à se retrouver dans la nature après ou
durant des moments de stress intense. Par exemple, juste après les attentats du 11 septembre 2001, les gestionnaires de parcs nationaux américains ont constaté une nette augmentation du nombre de visites ; « Les gens sortaient ce jour-là, se promener, en réfléchissant sur ce qui se passait » commentait un directeur de Parc16.
Ces retours dans la nature sont des stratégies d'adaptation qui
semblent efficaces, selon un nombre croissant d'études démontrant que le
contact avec la nature est bénéfique pour la santé 17
un effet bénéfique des arbres et espaces verts sur la santé des
personnes qui les fréquentent, en particulier en termes de récupération
de stress et fatigue.

AuteurType d'étudeaspects sanitaires concernés
Kuo18 2001 ;
Kuo & Sullivan19 2001
Étude expérimentaleLa vue d'un espace vert améliore la capacité à faire face à des
difficultés personnelles majeures, et diminue l'agressivité en réduisant
la fatigue mentale
Korpela20 1989 et 199221 ;
Korpela et Hartig22;
Korpela et al23. 2001 ;
Newell24 1997
Revue (Survey)Les gens se ressourcent dans des lieux préférés (souvent naturels), avec des bénéfices pour l'expérience de soi et de ses sentiments (quelle que soit la culture).
Kellert & Wilson25 1993Synthèse & étude interdisciplinaireIl existe un besoin inné d'être en contact avec la biodiversité,
nécessaire au bien-être psychologique et à l'épanouissement personnel
Takano26 & al. 2002 ;
Tanaka et al27. 1996
ÉpidémiologieLes usagers des espaces verts de grandes villes augmentent leur espérance de vie.
de Vries & al28. 2003ÉpidémiologieLes usagers des espaces verts urbains éprouvent le sentiment d'être en meilleure santé.
Payne et al29. 1998Questionnaire/enquêteLes usagers des espaces verts urbains répondent plus souvent que les
autres être en bonne santé, avoir une activité physique et être relaxés
Kaplan & Kaplan30 1989;
Hartig et al31. 1991
and 2003 32;
Wells 2000
Études expérimentalesLa vision d'un paysage naturel entretient mieux l'attention et
favorise une récupération plus rapide d'un état de meilleures
performances cognitives
Ulrich RS33 1984 ;
Ulrich &al. 1991
Études expérimentalesLa vision d'un paysage naturel est relaxante, augmente la perception
positive de soi et le ressenti d'émotions positives, et aide à
récupérer d'un stress (ex : opération chirurgicale)
Faber-Taylor &al34. 2001Études expérimentalesLes symptômes de troubles de l'attention diminuent chez les enfants pratiquant des activités dans un espace vert
Kim & Kaplan35 2004Revue (Survey)Un contexte de naturalité et des espaces ouverts dans une aire renforcent le sens de la communauté
J Pretty & al., 36, 2005Étude expérimentaleLa vue d’un paysage rural ou urbain de type naturel et agréable
pendant qu’une personne court sur un tapis roulant diminue sa pression
artérielle et améliore son estime de soi, alors que la vue d'un paysage
rural ou urbain artificiels le dégradent ; C’est la paysage rural
dégradé qui affecte le plus l’humeur et le bénéfice de l’exercice
physique. Il y a synergie bénéfique pour la santé entre cadre naturel
agréable et activité physique.
Ralf Hansmann & al.37, 2007Étude expérimentaleLe sentiment de stress et les maux de tête
diminuent (de 87 % 52 % dans cette étude) et le sentiment d'être bien
équilibré augmente (jusqu'à +40 %) après un passage dans un espace vert,
d'autant plus que la visite a été longue et associée à la pratique du
sport (jogging, vélo, ballon...)
Maas J & al.38, 2010ÉpidémiologieLa relation entre le degré de stress et le nombre de plaintes
faisant état d'une mauvaise santé est modérée par la quantité d'espace
vert
dans un rayon de 3 km. Et la taille de l'espace vert, semble encore
plus importante que sa proximité (jusqu'à 3Km dans l'étude)
Revenir en haut Aller en bas
Mehdi Rabbai
Adjoint du directeur
Adjoint du directeur
avatar

Sexe : Masculin
Age : 18
Parcicipations : 36
Date d'inscription : 04/02/2013
Horoscope : Sagittaire
Points : 35116

MessageSujet: Re: l'espace vert   Mar Mar 19, 2013 4:26 pm

:MERCIIIIIIIII: :MERCIIIIIIIII:
Revenir en haut Aller en bas
http://Adoactus.jimdo.com
Abdelhalim BERRI
Admin
Admin
avatar

Sexe : Masculin
Age : 57
Parcicipations : 411
Date d'inscription : 18/09/2012
Horoscope : Capricorne
Points : 38523

MessageSujet: Re: l'espace vert   Mar Mar 19, 2013 4:52 pm






Revenir en haut Aller en bas
http://avoscahiers.etudions.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'espace vert   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'espace vert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edit Vert-champagne-noir et "Sable" (la soeur de Satin Taupe)- photos!
» Potage à l'oignon vert
» choux vert a la creme
» Thé vert
» thé vert à la menthe tue l'allaitement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A VOS CAHIERS :: CAHIER ... RECHERCHES ET CULTURE GENERALE EN FRANCAIS :: Sujets et Exposés en langue française-
Sauter vers: